Cet événement est terminé

eTerritoire vous propose de consulter dans cette page l'agenda des prochains événements qui se dérouleront à proximité

déposez gratuitement
vos annonces et vos événements

signalez une erreur

informations générales

Téléphone
  • 02 35 19 62 62
Horaires
  • 11:30
Infos
  • Tarif : Gratuit
  • Havre

Autour de l'exposition Reynold Arnould, et avec le concours et la participation de Gwenaële Rot et François Vatin, spécialistes du peintre, le MuMa vous propose un ensemble de trois événements qui viendront donner un aperçu de l'œuvre d'Arnould et du contexte dans lequel sa peinture trouve sa plus juste expression : la modernité de l'après-seconde guerre mondiale.
Formidable écho à l'œuvre de Reynold Arnould que ce court métrage d'Alain Resnais ! Le MuMa vous propose de le découvrir en intégralité – une manière originale de s'immerger dans l'œuvre et le parcours du peintre à l'honneur sur ses cimaises.
Le Chant du Styrène, documentaire d'Alain Resnais ( 1957 – Couleur – Durée 13 minutes )
Production : Les Films de la Pléiade
Musique de Georges Delerue et Pierre Barbaud
Texte par Raymond Queneau, lu par Pierre Dux

A propos du film d'Alain Resnais :
« Une visite des usines Péchiney guidée par un commentaire de Raymond Queneau en forme de poème pastiche en alexandrins. Le fabricant de polystyrène avait commandé ce film qui devait être à la gloire de ce « noble matériau entièrement créé par l'homme ». Alain Resnais, qui sentait confusément qu'il existait un rapport entre l'Alexandrin et le Cinémascope, propose un film totalement surréaliste sur une musique de Pierre Barbaud, l'inventeur de la musique algorithmique. Le chant du styrène est un objet esthétique d'une impressionnante perfection, mais aussi un objet très paradoxal, où l'accumulation des contraintes engendre de surprenantes solutions. » fiche des Films du jeudi
« Si le court métrage n'existait pas, Alain Resnais l'aurais sûrement inventé. (... )
Jamais, je crois, depuis ceux d'Eisenstein, un film n'a été aussi scientifiquement médité que Le Chant du Styrène.
Le Chant du styrène, c'est quatorze mois de travail pour un film de quatorze minutes sur les matières plastiques. C'est aussi un texte de Raymond Queneau qui rend chaque image tashlinesque en y introduisant le fameux décalage cher à Renoir. Et le résultat est là, en cinémascope colorié : des plans si profondément rivés les uns aux autres malgré l'absence de tout personnage vivant, dont en se privant de la facilité des raccords sur un effet dramatique, une centaine de plans, dis-je, si harmonieusement soudés entre eux qu'ils donnent la fantastique sensation de n'être qu'un seul long plan-séquence, un seul et jupitérien travelling dont le phrasé prodigieux n'est pas sans évoquer les grandes cantates de Jean-Sébastien Bach. » Jean-Luc Godard

posté par

Hébergements
Le Havre

événements à proximité