Cet événement est terminé

eTerritoire vous propose de consulter dans cette page l'agenda des prochains événements qui se dérouleront à proximité

déposez gratuitement
vos annonces et vos événements

signalez une erreur

informations générales

Téléphone
  • 05 55 26 09 50
Email
  • question@dlqc.org
Adresse
  • Avenue Lieutenant Colonel Faro
  • Tulle

  • Le 23/03/2019
Dans les villes traversées à l'occasion des tournées, en face de l'île Tatihou, aux studios ICP de Bruxelles, dans des studios implantés dans la campagne normande ou au coeur du Massif central, le sixième album de La Maison Tellier s'est patiemment construit. C'est le disque du grand retour des guitares et de chansons enregistrées vives - « live ». Plus que jamais, La Maison Tellier est la réunion de cinq musiciens qui offrent le meilleur d'eux-mêmes pour délivrer des chansons qui s'impriment dans nos mémoires et nous ramènent à nos adolescences, quand tout se noue et que se décide notre aptitude à nous engager, nous lier, nous confronter. Après les premiers albums qui portaient le regard vers un ailleurs, après Beauté pour tous qui parfois contemplait le passé, après Avalanche qui scrutait en lui-même, Primitifs Modernes semble regarder droit devant, et tout autour. La musique épouse cet élan en un disque physique et charnel, incarné en onze chansons qui se fraient leur chemin jusqu'à nous, convoquant la mélancolie douce des textes d'Alain Souchon ou Yves Simon, galvanisée par l'électricité d'un rock au classicisme élégant hérité du rock américain des années 90 à la manière de R. E. M. Phaon n'est pas un mythe. Il est tel Bambi dans les feux envoûtants d'une Auverland roulant à toute berzingue sur les routes sinueuses d'une pop-rock revêtue d'électro ( Métronomy / BRNS / Camille / Dépêche Mode ). Les synthés analo dépoussiérés sont tantôt délicats, tantôt sombres mais surtout savamment léchés, dignes d'une première toilette autonome sans l'aide maternelle d'un cervidé fraîchement disparu. Leurs brames, maniant les racines gréco-latines de l'hexagone, partent en puissance, décrassant les hanches, attisant les tympans par des structures élaborées. Les mélodies lumineuses se cabrent face à des textes plus sombres, aux multiples facettes. Ainsi, le quatuor expose ses premières ramures avec les morceaux Lidice, Sapho et Carambolage. C'est avec bienveillance et à la seule volonté de ses auteurs que Phaon dévoile ses sentiers obscurs excités par la lueur opaline d'une lune rutilante. Au carrefour d'une rencontre entre deux Français originaires de Corrèze, se cache parfois des influences multiculturelles. Samaka, duo pop folk guitare / voix, nous évoque la nouvelle génération d'artistes qui façonne les musiques actuelles. La guitare rythmique, menée par Lenny Demeyer appréhende les vagues émotionnelles, en jouant sur les sentiments, entre le noir et le blanc, comme une ambivalence. La voix d'Axelle Perrier, quant à elle, oscille entre puissance et légèreté avec des accents rock, soul et parfois même ethnique. Samaka c'est une plume qui traduit des émotions brutes de décoffrage sur lesquelles sont posées des images qui pourront évoquer in fine, des sensations distinctes en fonction de l'auditeur.
20h30 à la salle des lendemains qui chantent - Grande scène - Tarif : 15 €-

posté par

Hébergements
Tulle

événements à proximité